Toutes les Publications De Regis

Récupération de photos disparues sur Photos macOS

Publié sur 0 Commentaire3min. de lecture214 vues

Si vous avez des photos qui ont malheureusement disparues de l’application Photos de macOS et que vous ne les trouvez plus, cet article est pour vous.
Nous vous conseillons avant tout d’appeler Apple et d’exposer votre problème. Vous aurez en premier lieu une personne à votre écoute, mais qui ne vous sera pas d’une grande aide. Dans un deuxième temps, si vous insistez, vous pourrez avoir une personne plus compétente au bout du fil. Toutefois, il se peut que vous n’avez pas eu le support ou la solution attendu. Souvent, la solution finale d’Apple sera de vous rediriger vers un magasin agréé. Cependant, si vous êtes comme nous et que vous n’avez pas envie d’exposer vos données au personnel d’un magasin ou encore vous n’avez pas envie de débourser plus de 400€, vous allez tenter de retrouver vos photos par vous même.
En outre, si vous êtes dans les mêmes conditions suivantes:

  • vous n’avez rien supprimé récemment
  • vous avez probablement effectué des mises à jour de macOS
  • vous aviez plusieurs *.photoslibrary
  • la restauration de backup n’est pas une solution car les photos ne ré-apparaissent pas

alors cet article est vraiment pour vous 👍

La manipulation en divisée en deux étapes. La première, vérifie le nombre de fichiers dans la *.photoslibrary par rapport au nombre de photos et vidéos dans Photos. Si la photothèque se charge correctement vous devriez trouver le même nombre de fichiers dans les deux cas. Pour cela, ouvrez un terminal (CMD+ESPACE) puis tapez terminal et ENTER. Ensuite, naviguez jusqu’au répertoire où se trouve la .photoslibrary. Une fois dans le répertoire, il suffit de taper la commande ci-dessous. Le résultat, ici 18609, devrait correspondre à ce que vous avez dans l’application Photos lorsque vous sélectionnez l’onglet « Toute les photos » (voir figure 1). Si ce n’est pas le cas, nous vous conseillons de réparer la photothèque via la procédure suivante: https://support.apple.com/fr-be/HT204967

MacBook$ cd /Users/toto/Pictures/
MacBook$ time find Photothèque.photoslibrary/originals/ -type f | egrep -v '(.*?)/.\w+' | wc -l
Nombre de fichiers 18609 time real 8m23.327s
nombre de photos et vidèos dans Photos de macos
figure 1: Nombre de photos et vidéos dans l’app Photos

La deuxième étape, est à appliquer dans le cas où vous avez le même nombre de fichiers dans Photos et dans le terminal. En d’autres termes, la photothèque s’est chargée correctement mais vos photos ne sont toujours pas lààà 😱. L’idée est maintenant de rechercher toutes les photos sur votre MAC afin de vous donner un indice de l’endroit où se cache ces foutus photos. On continue avec notre terminal et la commande ci-dessous. Celle-ci va rechercher toutes les photos *.jpeg ou *.jpg. Le fichier output-jpeg-jpg.txt qui sera créé, contiendra tous les fichiers trouvés avec leur chemin. Voici la commande:

MacBook$ sudo find / -type f | egrep '.jpeg|.jpg' > /Users/toto/Documents/output-jpeg-jpg.txt
Mettez à jour "toto" avec votre nom d'utilisateur.

La commande peut prendre beaucoup de temps, personnellement pour un 500Go elle a tourné toute la nuit. Lorsque celle-ci est finie, rendez vous dans le répertoire: /Users/toto/Documents/ et ouvrez le fichier output-jpeg-jpg.txt avec votre éditeur de texte. A l’aide d’une bonne tasse de café, vous allez maintenant parcourir tout le fichier et essayer de trouver toutes les photothèques et leur chemin. Dans notre cas, nous avons retrouvé une photothèque qui se trouvait dans un répertoire perdu /Users/toto/Desktop/Pictures/Bibliothèque Photos.photoslibrary.
Bien qu’on ait TOUJOURS ouvert la photolibrary /Users/toto/Pictures/Bibliothèque Photos.photoslibrary pour accéder à nos photos, on pense qu’une des mises à jour de macOS a cassé Photos. Grâce à nos recherches et après 11 jours nous sommes heureux de partager avec vous les étapes utilisées pour retrouver nos photos qui étaient dans: /Users/toto/Desktop/Pictures/Bibliothèque Photos.photoslibrary

/Users/toto/Pictures/Bibliothèque Photos.photoslibrary
/Users/toto/Desktop/Pictures/Bibliothèque Photos.photoslibrary/

Les apps indispensables pour votre road trip

Publié sur 0 Commentaire1min. de lecture115 vues
Pas d'image

Logement et camping

icone parking
PARK4NIGHT – Gratuite
mode d'emploi park4night
Le mode d’emploi est on ne peut plus simple

Park4night est aussi disponible directement en ligne: https://park4night.com

L’app vous propose tous les lieux où vous pouvez vous reposer, pique niquer et même passer la nuit tout en restant dans votre véhicule. Simple, efficace et surtout très pratique pour les voyageurs en mode camping! Vous pourrez trouver des campings si vous êtes à la recherche d’un peu de confort mais également des lieux perdus en pleine nature où vous aurez le privilège de vous réveiller seuls au milieu de nulle part.
N’hésitez pas à alimenter l’application en laissant votre avis sur les lieux que vous avez visité!

Arrivée aux USA et départ de votre road trip

Publié sur 0 Commentaire5min. de lecture125 vues
Sélectionner le type de galerie

Récupération des bagages et sortie de l’aéroport

En Amérique, ou du moins à l’aéroport de Los Angeles, on peut dire que la sortie de l’aéroport fur assez expéditive! Il n’y a plus de contrôle, nous nous rendons directement à la réception des valises. Les sorties vers les tapis roulants sont très bien indiquées et les trajets sont très courts. Tachez tout de même de ne pas trainer, car en ce qui nous concerne, le tapis roulant avec les valises de notre vol était dans un genre de hall dans lequel n’importe quel citoyen pouvait entrer, sans titre de transport ni contrôle requis.

Une fois que vous avez récupéré (je l’espère) vos chères petites valises, direction la compagnie de location de voitures! Alors, pas de panique, de nouveau tout est rendu très simple! Il suffit de sortir sur le quai quelques pas devant la sortie et de zieuter attentivement les navettes minibus des différentes sociétés de location. A vous de repérer la vôtre! Une fois que c’est fait, le gentil chauffeur vous aidera à embarquer tout votre bazar et vous conduira aimablement jusqu’à destination!

Motel à San Bernard

Note: sortez votre petite laine, les airs conditionnés règles sur 9°C font leur première apparition! Autant vous le dire directement, il va falloir vous y habituer!

Découverte de votre voiture garde-manger, seconde chambre, salle de spectacle! 

Si comme nous vous avez fait le (bon) choix de la société de location Alamo, alors apprêtez vous à être agréablement surpris! En arrivant à la compagnie, il faut naturellement faire une petite file (environ 30′) pour s’enregistrer à un bureau. Il est possible de le faire à une borne automatique (d’ailleurs, une gentille madame n’arrête pas de vous le rappeler en hurlant à 50 cm de votre emplacement), mais après que Loulou ait essayé pendant 20 bonnes minutes (ainsi que le chéri de la fille juste devant moi dans la file), on peut dire que ce fut un échec.

Lorsque c’est notre tour, l’enregistrement se déroule comme sur des roulettes, très simple et rapide. La dame du bureau (très sympathique) nous invite alors à nous rendre vers le parking sur lequel se trouve tous les SUV, la catégorie de voiture que nous avions choisi. Nous nous rendons vite compte que nous avons effectivement le choix de nous approprier la voiture que nous préférons permis une trentaine! Je ne vous cache pas l’excitation de monsieur quand il a découvert la nouvelle! La variété est très vaste: les marques, les couleurs, les options, les kilomètres,… À vous de faire votre choix pour débuter cette belle aventure!

Parking d’Alamo

Nous vous conseillons deux choses importantes: vérifier que vous disposez d’une VRAIE roue de secours dans le coffre (car une crevaison est vite arrivée) et que vous avez des sièges en cuir (facile à nettoyer, et croyez moi une tache de milkshake, c’est vite arrivé!) Pour le reste, essayez de regarder qu’il n’y ait pas trop de km au compteur (pour notre part, 400 miles), de tester une fois l’air conditionné et d’essayer de faire entrer toutes vos valises dans le coffre.

Concernant le GPS, évitez les frais superflus et optez plutôt pour l’achat d’une carte sim locale pour utiliser Waze, plan, GoogleMaps,… Notre choix s’est arrêté sur une Jeep Kompass, comme neuve, sièges en cuir, toit panoramique, démarrage à distance (pas mal pour lancer l’air conditionné 5′ avant d’arriver à la voiture en revenant d’un trail sous 40°), et, cerise sur le gâteau: 4×4! Cette dernière option s’est avérée indispensable pour plusieurs de nos péripéties… Après la réception de notre voiture, nous nous dirigeons vers le centre-ville pour manger notre premier hamburger américain.

Investir dans l’achat d’une glacière (si si…)

 Le lendemain (ou en tous cas le plus rapidement possible), rendez vous dans un supermarché et achetez une glacière! Vous ne regretterez pas votre investissement! D’autant plus qu’il est facilement possible d’en trouver des jetables (pas bien..) en frigolite pour la modique somme de 2,8$. Alors, autant pas se priver… De gros sachets de glaçons sont en vente partout. Sinon, dans presque tous les motels, vous avez généralement des distributeurs automatiques (et gratuits!) de glaçons ainsi que des petits sachets en plastique dans les chambres. De quoi garder vos boissons (et autres cochonneries) bien au frais toute une journée malgré les températures extérieures!

Glacières au Walmart

Se procurer une carte SIM

Le meilleur moyen de voyager librement est de se procurer une carte sim vous permettant ainsi d’avoir accès à internet d’un peu partout (la couverture est très bonne aux USA, sauf dans certains parcs, mais ca reste minime) et de pouvoir contacter les hotels, restaurants, sociétés à propos de vos activités,… Certains diront qu’on peut trouver des spot de free wifi un peu partout, c’est vrai, mais quand tu passes plusieurs dizaines d’heures en voiture, c’est vraiment un investissement qui en vaut la peine, surtout si vous êtes un peu actifs sur les réseaux sociaux pour publier les photos et autres, c’est un bon deal pour minimaliser la perte de temps sur les sites et une fois posé au resto ou à l’hotel. De plus, pour le gps, avec Waze, c’est vraiment top. Mais certains vous diront qu’il est possible de télécharger des cartes pour les utiliser hors ligne. C’est vrai, mais on a été quelques fois contents d’avoir Waze pour des alertes, routes barrées, infos en temps réel. On est aussi à fond musique en voiture, donc pour spotify, c’est top aussi. Certains vous diront que si vous êtes pretium vous pouvez créer vos …. enfin vous avez compris, les alternatives hors ligne existent bien entendu, mais ici c’est plutôt questions de confort et de ne pa devoir toujours se demander où s’arrêter pour choper le free wifi, surtout quand vous êtes paumés sur les routes du wild west. Et puis, appeler des numéros américains, avec votre sim européenne, ca risque de faire vite cher. Après, à vous de gérer ça en fonction de vos propres besoins!   Pour notre sim, nous avons opté pour une T-mobile, pour la bonne et simple raison que notre iPhone ne pouvait accepter que ce fournisseur là. Mais ca nous arrangeait à merveille puisque c’est aussi l’opérateur qui à le plus de couverture dans l’ouest américain! AT&T est un très bon fournisseur lui aussi avec excellente couverture réseau. Les prix varient de 45$ à 75$ pour un moins en fonction des option que vous allez choisir.

Source : https://www.t-mobile.com/news/t-mobile-customers-happiest-and-fastest-lte-for-five-years

La route des Alpes de Lindau à Berchtesgaden

Publié sur 0 Commentaire8min. de lecture208 vues

Cette route (la Deutsche Alpenstrasse) est située dans le Sud de l’Allemagne, en Bavière.

L’itinéraire complet compte un peu moins de 500 kilomètres. Nous conseillons d’y consacrer minimum 3 jours, et si possible une semaine pour profiter des paysages grandioses qu’offrent cette section de route. Vous serez également surpris par ses lacs, montagnes, maisons peintes et chateaux dignes d’un compte de fée! Les paysages vous rappellerons parfois le tirol autrichien, parfois la Suisse profonde. Vous croiserez des sommets enneigés, des forêts, des lacs, des plaines verdoyantes, des châteaux, des maisons traditionnelles, des parures de fleurs à perte de vue, des fresques d’époques. Bref, un itinéraire incontournable pour ceux qui rêvent de visiter la Bavière!

Détails de notre circuit

  • Durée : 6 heures.
  • Distance : 420 kilomètres.
  • Transport : BMW X1. Possibilité d’arriver en Avion à Munich et louer une voiture directement à l’aéroport.
  • Logement : Al Hotel à Aichstetten (30′ de Lindau au début du parcours).
  • Période : Juillet 2020.
  • Budget :  100€ (logement et dîner)

Place au charme, au romantisme et à la mémoire des fortes traditions du pays…

Première étape : Lindau, sur les rives du Lac de Constance…

Petite enclave bavaroise nichée non loin des rives du Lac de Constance, Lindau est le point de départ de cette route panoramique. Le charme médiéval de cette ancienne ville impériale attire beaucoup de voyageurs, mais Lindau n’en reste pas moins une ville très agréable. Ne loupez pas la magnifique zone piétonne tout le long de la Maximilianstrasse où les magasins se succèdent. Vous trouverez aussi beaucoup de choses passionnantes et belles à découvrir dans les deux rues parallèles et sur les nombreuses petites rues latérales. De la mode loin des courants dominants, jusqu’aux bijoux faits main, aux peintures et photographies de toute la région, vous ne serez pas déçus. L’offre va de A pour les antiquités, à Z pour les confiseurs. Toutes les nationalités se mêlent aux terrasses des bars et restaurants, le tout dans une ambiance de vacances style Riviera!

Détour pour les amoureux de l’art baroques.

Un itinéraire, d’un peu plus de 50km, parsemé d’intéressantes églises baroques se trouve non loin de là, à 35 km au nord de Lindau, au départ de Weingarten. Nous ne l’avons pas emprunté, mais avons lu que pour les personnes appréciant l’art baroque allemand, cette route était un incontournable de la région!

Deuxième étape : Füssen et les chateaux de Bavière

Depuis plus de 700 ans, la ville de Füssen à su traverser les années sans perdre en authenticité. La situation privilégiée de cette petite ville en fait un joyau de l’itinéraire. En effet, elle est entourée de nombreux lacs et est blottie au creux de la frontière autrichienne. Elle dissimule dans sa zone piétonne un quartier historique plein de charme. C’est la ville la lus proche de deux des châteaux de Louis II de Bavière, ce qui en fait une étape incontournable de cette route. Ne vous contentez pas de traverser la ville en voiture, car le centre historique , ce quartier piétonnier aux ruelles médiévales, aux imposants pignons gothiques, aux maisons peintes et aux boutiques colorées et décorées de vieilles enseignes, en vaut vraiment le coup d’oeil. LA montée au chateau de Hohes Schloss cache également de jolies surprises.

Si vous aimez les chateaux, il y en a deux a ne pas louper : le Neuschwanstein et le Linderhof, tous les deux classés depuis 2015 au patrimoine mondial de L’Unesco. Situé au pied du premier, les Hohenschwangau mérite également une visite. C’est là que Louis II passa son enfance.

Neuschwanstein est un château digne d’un conte de fées. Certains américains le visitent en « tant persuadés qu’il y a toujours une princesse Disney enfermée à l’intérieur, tandis que quelques autres milliers de touristes asiatiques le photographient à coup de selfies avant de finir dans la boutique souvenirs du château.

La tradition veut que l’on visite les châteaux dans l’ordre de leur construction, de manière à mieux suivre la biographie du plus connu des rois bavarois. Débutez donc par les Hohenschwangau (château de son enfance), visitez son musée, avant de poursuivre vers le Neuschwanstein (attention, ça grimpe!), le château de l’accession au pouvoir et de la « première folie ». Rendez-vous ensuite au Linderhof en milieu d’après-midi, pour vivre sa deuxième lubie : « faire comme tous les rois de France » et profitez du parc du château en fin de journée.

Troisième étape : Oberammergau 

C’est certainement l’un des plus adorables villages bavarois. On se retrouve immergés dans les alpages, au milieu des forêts. Vous serez séduits par les façades peintes de ce villages, que ce soit celles des fermes, des maisons ou encore des auberges. Cependant, ce petit village est surtout connu pour son artisanat sur bois (nombre de ses habitants continuent à en vivre) et pour ses représentations de la Passion du Christ. Une ville que la religion a assurément marqué de son empreinte; pour preuve, Judas a même une rue à son nom!

Ce village est également un bon point de chute si vous souhaitez visiter les environs, comme l’abbaye d’étal ou encore l’église de Wies.

Quatrième étape : Garmish-Partenkirchen

Certainement la station de ski la plus connue en Allemagne, depuis les JO de 1936 et les champions du monde de 1978 puis 2011! Les installations olympiques sont ouvertes à tous et les randonnées dans le coin ne manquent pas. La grande attraction du coin est le sommet du Zugspitze, point culminant du pays. A part cela, Ga-Pa ne regorge pas de magasins, hotels douillets ou de spas. Quelques maisons anciennes sont tout de même conservées. Garmisch reste le coeur de la ville nouvelle, mais les nostalgiques iront plutôt flâner du côté de Partenkirchen, le long de la Ludwigstrasse, célèbre pour ses auberges à l’ancienne, ses artisans et ses confiseurs.

Pour ceux qui apprécient les maisons peintes, les plus belles se trouvent dans le centre historique du village. La plus connue, la Pilatushaus, date du XVIIIe siècle.Les thèmes des peintures sont variés : scènes religieuses, représentations de métiers, scènes de chasse ou encore de banquets, sans oublier les contes de Grimm! Dans le village, vous pourrez habiter quelques instants la maison d’Hänsel et Gretel et aller déguster une tarte aux quetsches sans avoir peur de se faire dévorer par le grand méchant loup…

Si vous avez plutôt soif de nature, direction Partnachklamm : une gorge qui s’étend sur plus de 700m et dont la profondeur dépasse les 100m! Le spectacle qu’offre cet endroit est lui aussi grandiose!

Le must de la région est donc le sommet du Zugspitze. Il culmine à quelques 2962m d’altitude côté allemand et offre la plus belle vue de Bavière. Pour s’y rendre, le moyen le plus pratique (mais relativement onéreux) est le train à crémaillère, suivi du téléférique pour les 350 derniers mètres. Une autre solution (plus rapide) est de se rendre directement en voiture (10km) au lac d’Eibsee (l’un des plus hauts d’Europe) et de prendre le téléférique à Eibsee.

Cinquième étape : Murnau

Au centre du « Pays bleu », ce coin de Bavière ne doit pas son appelation à ses petit lacs (Riegsee, Staffelsee,…) mais au mouvement artistique Der Blaue Reiter (Le  Cavalier Bleu) qui y a vu le jour. Murnau a en effet été la ville de résidence de nombreux peintres. Une collection intéressante regroupe de nombreuses oeuvres. Partez sur les traces du « Cavalier Bleu », que ce soit en voiture, à pied, à vélo ou encore à cheval!

Pou les littéraires et amoureux du théâtre allemand, il existe un autre pèlerinage. Le chapeau rouge géant dans le parc, derrière l’office du tourisme, est une sculpture réalisée en hommage à l’écrivain Odön von Horvath, qui vécut à Murnau au tout début des années 1930.

Dernières étapes sur les bords du lac Chiemsee…

Toujours en suivant cet itinéraire après Murnau, à l’écart de l’autoroute de Salzbourg, la petite ville de Prien est le principal port d’accès au Chiemsee, le plus grand lac d’Allemagne connu pour ses ravissantes îles. Sur l’une d’entre elles, le troisième et dernier château construit par Louis II de Bavière : le très versaillais Herrenchiemsee. Dans le coin, vous pourrez prendre plaisir lors d’une balade en bateau, un circuit en vélo, un pique-nique au sommet du Kampenwand ou encore une promenade le long du lac. Les adresses de charme ne manquent pas. Deux îles du lac se visitent : Herreninsel et Fraueninsel. Tout autour du lac, pas moins de 6 port d’embarquement proposent leurs services, mais celui de Rien est le plus proche, tourne toute l’année et offre plus de possibilités.

Une fois repu de bain de soleil, dirigez vous vers la frontière autrichienne, à environ 150 km au Sud-Est de Munich, vers Berchtesgaden. Dernière étape de la route allemande des Alpes, c’est aussi une excellente halte pour ceux qui se rendent à Salzbourg. Un petite ville de montagne aux allures de village et un petit centre piétonnier plein de charme. Les amateurs d’excursions et de randonnées ne risques pas de s’ennuyer. En été, musique et danses traditionnelles ajoutent de l’animation! En réalité, la ville doit sa célébrité à deux « curiosités », l’une naturelle, l’autre beaucoup moins : le très beau lac Königssee et le prétentieux nid d’aigle d’Hitler…

  Trajet en soirée vers la Slovénie pour la suite de notre road trip en Europe!

Comment s’y rendre?

  • Prendre un avion jusque Munich puis rejoindre Lindau en voiture (environ 2h30 de trajet).
  • Prendre la voiture depuis la Belgique, la France, ou encore la Suisse.

Quand s’y rendre?

Privilégiez une période entre le début du printemps jusque la fin de l’automne. Oubliez les moins de novembre ou décembre quand la région est en hibernation, mais vous pouvez revenir pour la neige dès la nouvelle année. N’oubliez pas votre maillot si vous passez un jour ou plus le long du lac de Constance, vous ne regretterez pas ce petit climat méditerranéen en été!

Source utile : Le Routard, Roadtrips, 40 itinéraires sur les plus belles routes du monde, Hachette Livre, 2018.

Notre itinéraire de 1 mois de Road trip en Europe Centrale – [Conseils & Budget]

Publié sur 0 Commentaire4min. de lecture784 vues

Cette année, certes spéciale, le coronavirus a chamboulé les projets de nombreux voyageurs. Pour notre part, c’est un road trip au Canada qui tombe à l’eau, 3 mois après que notre voyage au Japon n’ait subit le même sort. Non sans peine, nous endurons cette réalité et nous adaptons sur le champ. Au programme, un circuit au coeur de notre beau continent que nous rêvions de vivre depuis un certain temps. A bord de notre voiture, nous partons à l’aventure de l’Europe centrale durant 1 mois! Son climat tempéré en fait une destination idéale en plein mois de juillet, ça tombe à pic!

Nous avons construit notre itinéraire autour des pays suivant : l’Allemagne (1 jour), la Slovénie (1 semaine), la Croatie (2 semaines), l’Italie (1 semaine), l’Autriche (1 journée). Cet itinéraire a été pensé pour un départ de Belgique. Cependant, il est encore plus idéal de le vivre au départ de la France, les distances étant plus courtes.

Nous avons été séduit par la biodiversité, les paysages, les plages, les montagnes, la nature si verdoyante ou encore la culture de nos pays voisins. Le dépaysement était total à peine à quelques kilomètres de chez nous. Nous sommes tombés sous le charme de tant de beauté et de surprises au détour des routes et balades de notre circuit.

C’est parti, on vous partage tous nos conseils et bons plans!

Quels pays pour un road trip de plus de 4 semaines en Europe ?

Soucieux de réduire notre empreinte écologique et envieux de prendre d’avantage notre temps en voyage, nous avons pensé notre circuit dans ce sens. Voici le plan synthétique de notre itinéraire de road trip. Il a pour objectif de minimiser les distances en voiture, et donc de réduire le coût et l’émission de CO2 lié au carburant. D’autre part, le temps sur la route a été optimisé afin de profiter pleinement de ce que ces pays ont à offrir.

Nous sommes donc passé par l’Allemagne et l’Autriche durant 2 journées, mais le road trip s’est surtout concentré sur la Slovénie, la Croatie et l’Italie.

carte simplifiée de notre road trip en Europe
Carte de road trip en Europe

Notre circuit en détail

  • Durée : 30 jours
  • Distance : 6100 km
  • Transport : Voiture (SUV)
  • Logement : différents hôtels réservés sur Booking.com
  • Période : Juillet-Août 2020 (La période idéale étant le mois d’août)
  • Budget : Environ 100€/jour

Les grandes étapes du road trip

Jolies balades, lacs à perte de vue et châteaux mystiques au coeur des montagnes de Bavière. Classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, cette route panoramique est l’une des plus belles du monde!

Nous avons choisi Lindau comme lieux stratégique de départ pour la route des Alpes allemandes. Une fois la nuit tombée, nous avons ensuite rejoint la frontière slovène du côté italien.

2ème étape (1 semaine): La moitié ouest de la Slovénie (itinéraire complet ici!)

Que de merveilleuses surprises qu’offre la Slovénie! Entre cascades puissantes ou cristallines, pâturages verdoyants, lacs spectaculaires, sources naturelles, châteaux à flanc de colline ou encore immenses grottes préhistoriques, il y en a pour tous les goûts et tous les budgets! Ce pays, souvent méconnu, est un incontournable d’un itinéraire en Europe. La gastronomie du pays est également une découverte surprenante!

3ème étape (16 jours): La Croatie du Nord au Sud – ses îles et ses villages (itinéraire complet ici!)

Que vous appréciez les parcs naturels, la nature où vous vous retrouverez seuls au monde, les iles avec leurs plages plus atypiques les unes que les autres, les croisières et les cultures locales encore bien ancrées, ce pays plaira aux petits comme aux ainés. Attention, prévoyez de la monnaie locale (kunas) et des chaussures d’eau!

4ème étape (9 jours) : L’Italie du Nord entre Venise (itinéraire complet ici!) et les dolomites (Itinéraire complet ici!)

4 jours romantiques sous le signe de l’amour : se perdre dans les ruelles animées de la ville, voguer sur le grand canal en gondole, se déplacer en vaporetto, se retrouver seul sur la place Saint Marc avant le lever du soleil… Tant de choses qui feront de cette escapade à Venise un souvenir gravé à jamais dans vos mémoires.

L’aventure se poursuit au coeur des Dolomites. Des randonnées infinies, des lacs et des cascades aux couleurs variées, des animaux sauvages, l’immensité de la montagne à portée de mains. Les merveilles du nord de l’Italie, à vivre une fois au moins dans sa vie!

5ème étape (1 jour) : Retour vers la Belgique en passant par Ischgl et la Silvretta (Itinéraire complet ici!)

Descendez les pistes de ski sans neige en VTT full suspendu électrique? C’est possible à Ischgl, dans un cadre montagneux que vous n’êtes pas prêts d’oublier… Pour les moins sportifs, ne manquez pas l’incontournable scénic road autrichienne : la Silvretta! Perdez vous dans ses lacets et arrêtez vous au bord de ses nombreux lacs pour savourer le calme de la montagne. Profitez-en, elle n’est accessible que durant quelques semaines l’été!

La Silvretta – Hochalpenstrasse

Publié sur 0 Commentaire3min. de lecture184 vues

Lors de notre road-trip d’un mois en Europe, nous avons parcouru la jolie route panoramique de la Silvretta, en Autriche, non loin des frontière Italiennes, suisses et allemandes. Cette balade, sur la route du retour vers la Belgique, constitue une escale matinale avant de passer notre après-midi sur les bords du Lac de Constance.

Au coeur du Montanfon autrichien, de Partenen à Galtür, la Silvretta offre de magnifiques perspectives au détour de ses 33 virages. Elle se situe dans l’Ouest de L’Autriche, dans le Vorarlberg et le Tyrol. Elle ne mesure que 25 km mais elle est considérée comme l’une des plus belles routes du monde grâce à ses superbes panoramas au détour de lacs, de montagnes, de glaciers, de villages pittoresques ou encore de cascades!

Détails de notre circuit

Durée : 1 heure, mais plutôt 4 heures pour nous avec les arrêts.

Distance : 26 kilomètres.

Transport : BMW X1. Possibilité d’arriver en Avion à Salzbourg et de louer une voiture directement à l’aéroport.

Logement : aucun.

Période : Août 2020. La route est en principe fermée de novembre à juin, en fonction de l’enneigement.

Budget :  17€ d’accès. La Silvretta est une route privée… donc payante. N’oubliez pas également la vignette (minimum 9,4€ pour 10 jours)!

En résumé 

Le Montafon, la vallée la plus méridionale du Vorarlberg, s’étend jusqu’à cette route qui monte en 30 lacets jusqu’aux 2032m de la Bielerhöhe, col marquant la frontière entre le Tyrol et le Vorarlberg. Une belle façon de passer d’une région à l’autre en découvrant une nature encore intacte au coeur des forêts, petits lacs, alpages, vergers et montagnes, où langue locale et traditions sont encore très préservées!

L’itinéraire 

C’est peu après la ville de Galtür, dans le Tyrol autrichien, sur la 188, que débute la fameuse Silvretta. La route est superbe, vertigineuse : pas moins de 33 lacets vous attendent! Autant ne pas avoir tendance à être malade en voiture… Quelques kilomètres plus loin, en traversant un bel amphithéâtre de montagnes, vous atteindrez le col de la Bielerhöhe, à 2032m d’altitude. C’est l’occasion de faire un arrêt au lac artificiel de Stausee, dont on peut faire le tour à pied en 1h30, afin de profiter de cette superbe nature sauvage à souhait. Pensez à emporter un bon coupe vent pour profiter un maximum de la promenade. Les sommets encore enneigés nous rappellent qu’il fait quand même plutôt frais la haut. Des croisières sur le lac sont possibles, au même titre que de nombreuses randonnées. Si vous avez le temps, ce serait dommage de s’en priver. Passé ce col, vous serez désormais dans le Vorarlberg!

Si vous souhaitez vous évader dans le coin, n’hésitez pas à jeter un coup d’oeil sur ce site de tourisme autrichien très complet! Il est particulièrement bien fait pour cibler ce qui est à faire et à voir en Autriche. Les infos sont pratiques et les dossiers thématiques nombreux! Vous pourrez également y trouver des infos sur le tourismes durable ou encore les possibilités d’hébergement.

Un signal radio ? C’est quoi ? Pour contrôler ou visualiser la vidéo ?

Publié sur 0 Commentaire3min. de lecture191 vues

Vous aimeriez acheter un drone ? Mais vous êtes un peu perdu dans la notion de transmission de signaux à propos de la télécommandes et vidéo ? C’est par ici que ça se passe. Lors de votre choix, mis à part le prix, vous devez apporter une vigilance particulière sur deux points. Le premier, avoir un drone fidèle répondant aux signaux de votre télécommande et le deuxième un retour vidéo stable.
Pour comprendre cela, gardons en tête qu’un drone gère deux signaux exprimés en Hz:

  • le signal de contrôle;
  • le signal vidéo.

De manière générale, le transmetteur et le récepteur doivent être sur la même fréquence (Hz) pour qu’ils communiquent. Toutes les informations envoyées entre le transmetteur et le récepteur sont préfixées d’une RFID qui a été établi auparavant. C’est entre autre ce qui permet de faire voler plusieurs drones dans un même espace. Les drones utilisent des fréquences standard 2.4Ghz et 5.8Ghz, connues et utilisées par les wifi domestiques mais liés à une portée théorique limitée.
Au sujet du signal de contrôle d’un drone, considérons un DJI Spark, sa fréquence 2.4Ghz supportera de 500m en CE (voir plus loin dans l’article) à 2000m en FCC. Cependant, si l’on considère un Mavic Pro 2 en 2.4Ghz ou 5.8Ghz, celui-ci supportera 5000m en CE et 8000m en FCC. Pour rappel, on parle de la transmission de la télécommande et non de la vidéo !!
Concernant la transmission vidéo, vu les limites des systèmes wifi connus, des systèmes de transmission Wi-Fi plus élaborés tel que OcuSync (OcuSync 2.0 sur le Mavic Air 2) de la famille de LighBridge sont apparus. OcuSync est bien plus évolué et amélioré, ce qui en fait un système utilisé par les drones plus chers comme le mavic pro. Ses caractéristiques en font un système beaucoup moins sensible aux radios émissent par d’autres systèmes.
Il faut aussi savoir qu’il existe des règlementations en fonction du continent dans lequel l’on se trouve:

  • CE (mode 13) : utilisation en Europe (distance maximum 700 mètres)
  • FCC/SRRC (mode 11) : utilisation dans le reste du monde (distance maximum 4km voir 8km sur les nouveaux drones)

Il est courant pour un utilisateur de passer en FCC pour améliorer la portée du signal radio de son drone.

Finalement il existe le système LighBridge, décliné en HD et HD 2. Ce système est un système utilisé par les drones professionnels. Il repose sur le 2.4Ghz et le 5.8Ghz, cependant le 2.4Ghz est bien souvent le plus utilisé. Ce système a l’avantage de pouvoir séparer les fréquences pour controler d’une part le drone et d’autre part la caméra.

Une dernière chose est à prendre en considération si vous voulez améliorer la connexion entre votre télécommande et votre drone. Théoriquement, et contrairement à ce que l’on pourrait croire, les ondes sont émises non pas par la pointe de l’antenne mais par le plat de l’antenne. Ainsi, si le drone se trouve au-dessus de vous, la télécommande devra être à plat ou plutôt à l’horizontal. Toutefois, si le drone est à 200m devant vous, orienté les antennes (ou la télécommande) à la verticale par rapport au sol.

2 semaines en Croatie

Publié sur 0 Commentaire5min. de lecture371 vues

C’est à l’occasion de notre road trip d’un mois en Europe que nous avons découvert la Croatie, entre 1 semaine en Slovénie dans l’ouest du pays et 1 semaine en Italie entre Venise et les Dolomites.

Nous ne nous sommes pas lassés des criques bordées à l’eau turquoise, des paysages grandioses, des montagnes, des parcs nationaux, des bâtiments classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, de typiques petites ruelles colorées et des points de vue à nous couper le souffle!

Notre Itinéraire

La côte ouest de la Croatie, la côte Makarska, abrite quelques unes des plus jolies plages de Croatie. Si vous cherchez un endroit pour vous rafraîchir et profiter de la plage, vous trouverez votre bonheur entre Brela, Tučepi, Punta Rata, Promajna, Donja Luka ou encore Zivogosce. En résumé, la route qui longe la côte est magnifique, surtout ne prenez pas l’autoroute et profitez de la vue.

Ce que vous devez savoir avant de partir

Ferry

Jadrolinija est la compagnie de ferry croate qui vous permettra d’aller sur la plupart des îles durant votre road trip dans le pays. Ses principaux atouts sont d’une part le fait que la compagnie propose des traversées en Catamaran, d’autre part des traversées en ferry sur lesquels vous aurez la possibilité d’emmener votre véhicule. Vous pouvez réserver directement sur le site internet de Jadrolinija, ce que l’on vous conseille, ou sur place au port le jour de la traversée. Attention, lors de l’achat d’un billet, ne tenez pas vraiment compte de l’heure indiquée pour monter dans le bateau : premier arrivé, premier servi, on vous conseille 30 minutes MINIMUM en haute saison ! Nous avons raté un ferry à 4 voitures car on est arrivé 20 minutes avant le départ.

En plein été, les traversées s’enchaînent. S’il n’y a plus de place sur le ferry, vous prendrez le prochain. Bien que les files de véhicules puissent paraître interminables, n’ayez crainte, en maximum une heure généralement, vous embarquerez sur un bateau. L’organisation en pleine saison est plutôt, étonnamment, bien rodée.

Pour les îles séparées par un pont, il est de temps en temps plus intéressant de passer par un ferry selon votre localisation par rapport au pont notamment en termes de distance/temps/prix.

Nous avons opté pour le transport en ferry avec notre voiture sur la plupart des îles que nous avons visités, mais il est toutefois possible de vous déplacer en bus ou en taxi une fois arrivé sans votre véhicule. Il faudra simplement cibler de manière plus sélective les visites que vous souhaiterez faire.

Pour trouver les horaires et prix des traversées en ferry : la compagnie Jadrolinija ou Croatia Ferries

Nuitées

Durant notre road trip en Europe, nous avons opté pour la solution de réservation d’établissements sur Booking.com. Cela pour deux raisons :

  1. Nous récupérons 4% de cashback via la plateforme iGraal (n’hésitez pas à vous inscrire via notre lien de parrainage pour obtenir 3€ lors de votre enregistrement)
  2. Nous avons voyagé l’été 2020, donc l’année du Corona Virus, nous cherchions donc à réserver l’ensemble de nos logements avec annulation gratuite. Sur AirBnb, ce n’est malheureusement le cas que pour très peu d’établissements.

Stratégiquement parlant, si vous souhaitez réduire vos changements d’établissements pour passer les nuits, Zadar, Rijeka, Dubrovnik, Split et Rovinj sont des points de chute stratégiques pour visiter le pays.

Si vous avez un budget logement plutôt économique, notez que peu d’établissements sont réellement des hôtels. Vous trouverez souvent des chambres chez les locaux avec salle de bains souvent commune.

Météo

Si vous partez durant les mois de juin, juillet ou août, la météo est plus qu’idéale à cette période et vous prenez peu de risques en matière de ciel gris sur quasiment l’ensemble de pays! La température de l’eau est également idéale, surtout au mois d’août où elle aura encore quelques degrés de plus…

Capture d'écran de la météo en Croatie
source: https://www.ou-et-quand.net/partir/quand/europe/croatie/

Devises

Prévoyez, avant votre voyage, de vous munir de devises locales le Kuna (1€ équivaut à environ 7,5 kuna). Notez que les paiements par carte est bel et bien disponible, mais que les locaux vous demanderons dans 90% des cas de payer en kuna surtout dans les îles plus isolées.

NB : la Croatie n’est pas du tout bon marché, tout est pratiquement aussi chère qu’en Belgique. Notez également que les prix hors-saison sont globalement corrects, mais ils peuvent doubler, voir tripler (ex: les locations de voiture) en haute saison (mai-juin-juill-août).

Carburant et Parkings

Prévoir le même coût qu’en Belgique et en France pour ce qui est de l’essence et du diesel.Les centres villes sont difficilement accessibles en voiture. Cependant, il existe beaucoup de parkings où vous pourrez vous garer. Les prix sont assez variables mais grosso modo, comptez en moyenne 1€ à 2€ par heure. Si vous optez pour le stationnement « sauvage » (ce que nous vous déconseillons ) et que vous vous retrouvez avec une contravention, il vous suffira de vous rendre dans un bureau de poste pour la payer. L’employée vous expliquera bien les démarches à suivre.

Restaurants

Les restaurants en Croatie sont plutôt bon marché à prix équivalents à ceux de chez nous. La cuisine croate n’est pas extraordinaire mais copieuses et goute. Vous mangerez aussi d’excellentes pizzas en Croatie. Comptez en moyenne 15-20€ pour deux au restaurant, 1€ pour une glace sont en général à moins d’1€ et 2€ pour une bière.

L’eau n’est pas facturée dans les restaurants du pays.

A emporter dans votre valise

Des chaussures d’eau pour profiter pleinement des plages et de vos baignades. En effet, les plages sont, dans la plupart des cas, des plages de galets, parfois de cailloux, et non des plages de sable fin. Donc pas toujours agréable si vous êtes pieds nus.

Venir en Croatie

Comme nous, vous pouvez venir jusqu’ici avec votre propre véhicule depuis la frontière Italienne ou Slovène. Une chose à envisager avant de préparer votre itinéraire est de savoir que si vous vous déplacez du nord vers le sud, vous aurez le soleil qui vient de derrière, donc plus pratique lorsque vous prenez la route.

Par avion avec un vol vers l’un des aéroports croates : Dubrovnik, Pula, Zagreb, Rijeka, Zadar ou Split. On vous conseille ensuite la location d’une voiture pour plus de facilité et de flexibilité dans votre voyage à travers le pays. Il est aussi possible de choisir un point stratégique, comme Zadar par exemple, et se déplacer en taxi, via des excursions ou encore des guides privés pour découvrir les alentours. Pour un road trip en Croatie, le mieux est d’opter pour un billet multi destinations. Je pense par exemple à une arrivée à Zagreb et un retour au départ de Dubrovnik. Ce n’est pas forcément plus cher et cela vous évitera de faire trop de route et perdre du temps inutilement.

???? Vous pouvez également opter pour la voie ferroviaire en passant notamment par la France, l’Italie et la Suisse.