Jour 15 : Death Valley

Publié sur 0 Commentaire6min. de lecture204 vues

Ce matin, on avait prévu de traverser Red Rock Canyon et en découvrir ses quelques points de vue, malgré ce que j’avais lu sur le net concernant ce parc très fréquenté par les touristes de LV et finalement peu intéressant quand on vient de l’est et de ses grands espaces sauvages…

On a donc pris notre temps et on est allé faire un tour du coté de la piscine de l’hôtel! Parce que bon, avec un temps pareil, c’était dommage de ne pas aller se rafraîchir un peu avant l’étape étouffante qui nous attend cet aprem!

Petite matinée à la piscine de l’hôtel

Après avoir plié vite fait nos valise, on dit bye bye au strip (snif) et on file jusqu’au fameux spot du Las Vegas Sign! Alors, sachez que toutes les photos de touristes (oui oui genre celle-ci ici en dessous) ne montrent pas l’envers du décors (ben non!), c’est-à-dire une file d’une bonne trentaine de minutes de gens impatients qui veulent se prendre en photo devant le panneau et ensuite filer pour d’autres aventures bien plus palpitantes! Tout ça, avec en prime un mec qui vous harcèle pour vous prendre lui même en photo, contre paiement bien entendu… Genre il pas ses journées là? Et pas facile de s’en défaire qui plus est! Nous on avait notre pied et notre iPhone pour déclencher à distance, et je vous assure qu’il n’était pas content! En plus, vous avez aussi un panneau qui dit genre max 5 photos par personne. En gros, faut se magner et assurer dans les poses! Bon allez, un petit sourire quand même, ils vont pas nous cacher le plaisir non plus!

Spot du signe de Las Vegas
Passage obligé au signe Las Vegas

Death Valley

Coût: 20$/voiture => plan!

Avant de se lancer l’estomac vide dans la Vallée de la mort, on passe au drive et on se mange un petit Burger King sous le soleil de Vegas! Ensuite, direction le four à pizza!

Pour contextualiser, il faut savoir que Death Valley est le point le plus chaud et aride de tout les Etats-Unis! C’est aussi ici que vous trouverez le point le plus bas sous le niveau de la mer (miracle de l’érosion et du mouvement des sols), dingue! D’ailleurs, il y fait tellement chaud qu’on raconte qu’on peut y faire cuire un oeuf sur le bitume des routes qui traversent le parc… Et en effet, il y fait trop chaud! Enfin, surtout quand on l’a visité, c’est-à-dire en plein été… Période déconseillée pour visiter le parc. D’ailleurs, pour se lancer à sa découverte, il est fortement recommander d’avoir minimum 4 litres d’eau par personne!

Faut aussi savoir que Death Valley l’un des plus grands parcs des Etats-Unis! Oui oui, même plus grand que Yellowstone et Grand Canyon, faut pas demander!

Dans ce parc, on a été étonné par la variété des paysages. On a pu marcher sur un désert de sel, voir des dunes de sables et même des montagnes, le tout avec des couleurs splendides condensées sur quelques mètres carrés!

On est donc arrivé par l’est du parc…

Death Valley entrée par l'est du parc
Entrée de Death Valley par l’est

Si vous arrivez par là, notez que la seule pompe essence dispo du parc est à Furnace Creek.

Pour vous y retrouver un peu, voici l’itinéraire que nous avons choisi:

Parcours de notre road trip dans death valley
Parcours de notre road trip dans death valley

Directement après l’entrée du parc, on bifurque vers Dantes View. De là, vous aurez une vue imprenable sur la vallée (Photo gauche) de la mort! C’est un détour car il faut revenir sur ses pas, mais ça veut le coup d’oeil! La route est sinueuse mais il y a un petit parking et ensuite il faut aller à pied jusqu’aux points de vue. Ce point de vue est situé à 1668m d’altitude, c’est fou quand vous pensez qu’un peu plus loin on est sous le niveau de la mer… Ici, vous serez donc un peu plus au frais.

On revient sur nos pas en direction de Zabriskie Point (Photo droite), rendu célèbre par le superbe film d’Antonioni (vous connaissez pas? Nous non plus…). On monte un peu pour admirer le point de vue et là, on découvre un paysage lunaire! Certains le comparent à des pieds de géants, d’autres à des racines d’arbres, et d’autres, plus imaginatifs, y voit un gros gâteau. C’est un paysage de crevasses, issues d’une très ancienne érosion, de belles dunes de sable! Attention, chaleur extrême garantie! Vous imaginez un sèche-cheveux géant vous souffler dessus durant toute la grimpette? Et bien c’est ça!

Selfie, Selfie 🙂

On continue notre route jusqu’à la bifurcation sur notre gauche : la Badwater Road.

On passe devant l’entrée du trail vers le Golden Canyon, mais on passe notre chemin parce qu’on a la flemme et qu’apparement c’est pas si terrible veut voir le coucher de soleil sur Badwater!

On passe aussi devant le chemin pour le Devil’s Garden, autrement dit, le terrain de jeu de golfe du diable. Parait que ça ressemble à un énorme champ de pierres, de roches sauf qu’il s’agit en fait de petits cristaux séchés au fil du temps. Un paysage lunaire atypique. Si vous passez par là, vous me direz si on a loupé quelque chose!

On file on file et on arrive à Badwater. Ce point est situé à moins 86 mètres sous le niveau de la mer, un lac, présent il y a plusieurs milliers d’années, a laissé un miroir de sel sur lequel on peut marcher. Vous pourrez y faire de magnifiques photos, c’est vraiment un paysage hors du commun! Il faut se garer le long de la route et ensuite on a la possibilité de marcher un peu plus loin sur le lac salé, c’est impressionnant !

Ici, la température est caniculaire, et ce n’est qu’un doux euphémisme… Le coucher de soleil y est magnifique!

On remonte ensuite vers The Artist’s Palette en passant par l’Artist Drive, une route très colorée. Toutes les couleurs de la palette sont là, contre la montagne : tantôt rose, puis des teintes de verts, des bleus, jaunes, des couleurs surprenantes révèlent des gisements de minéraux féreux, qui se sont teintés sous l’effet de l’oxydation (le fer devient rouge, le mica devient vert et le manganèse, violet). Toujours, seul, le silence. …. Un paysage très vallonné, superbe.

Les couchers de soleil, c’est bien beau, mais maintenant il nous reste 3 heures de route jusque l’hôtel…

On passe par la palmeraie de Furnace Creek, il parait que là, un filet d’eau coule le long du Salt Creek Interpretative Trail.


La route se poursuit après le parc. On passe par Lone Pine, ville étape née à l’époque de la ruée vers l’or, et dans les Alabama Hills voisines. De nombreux westerns comme en témoigne le Beverly and Jim Rogers Museum y furent tournés.

Dans cette ville, possible arrêt à l’Alabama Hills Cafe and Bakery pour un petit en-cas. Evidemment, quand on passe, tout est fermé…

Si vous passez par Big Pine Creek Campgroung, j’avais repéré une randonnée jusuq’au Big Pine Lakes. Comptez environ 6,5km à pied aller. Un blog m’a bien donné envie d’aller voir tout ça, mais ce sera pour une prochaine fois…

A Big Pine aussi justement, vous pouvez bifurquer sur la droite et à 45′ de là passer par Bristlecone Pine Forest. Ce petit « parc » est une zone située à plus de 3000 m d’altitude dans la forêt nationale Inyo dans les White Mountains à l’Est de la Californie. Certains arbres de « Bristlecones » sont vieux de plus de 4000 ans.

Nous arrivons enfin bien tard à Bishop pour passer la nuit au Townhouse Motel.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il n'y a pas encore de commentaire.